Le verbe sacré

29 juin 2017 | Articles

Il y a des langues qui sont réputées sacrées, des écritures aussi. Certaines de ces langues et écritures cohabitaient dans des civilisations avec leur équivalent profane. Par exemple en Egypte antique, on n’utilisait pas les mêmes idéogrammes pour écrire des récits sur les murs des temples et pour tenir la comptabilité de ces mêmes temples. Les hiéroglyphes, en plus de leur apparence sacrée, pouvaient facilement être chargés d’énergie et devenir ainsi vivants et opératifs, porteurs de pouvoir même pour ceux qui n’en comprenaient pas le sens. Je saisis aujourd’hui clairement l’intérêt d’une telle pratique. Lorsque nous canalisons des paroles dans le but d’accompagner une personne vers la libération ou la compréhension de freins émotionnels, ces paroles sont chargées d’énergie et deviennent de véritables outils qui touchent le cœur de l’individu. Si nous n’y prenons pas garde et sortons un instant de notre état de bienveillance, par exemple pour faire un commentaire personnel ou une plaisanterie, nous pouvons prononcer des mots cruellement blessants. En utilisant un même langage, nous avons du mal à repérer à quel moment nous passons de la parole sacrée au verbiage. Posséder à la fois une langue profane et une langue sacrée devait s’avérer fort pratique pour les personnes sachant transmettre la force à travers les mots, cela posait un cadre afin de sécuriser le pouvoir des mots. 
Nicolas Keller. Le 29-06-2017

Découvrir nos vidéos

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

recevez notre video pour contacter votre guide personnel

Obtenez notre vidéo pour CONTACTER VOTRE GUIDE PERSONNEL !

Et recevez notre newsletter pour suivre notre actualité

Vous êtes bien inscrit. Saluez votre guide de notre part !